Logo Logo

Immunothérapie orale chez l'enfant allergique aux protéines de lait de vache IgE médiée : expérience toulousaine

Petit, Geoffroy (2015) Immunothérapie orale chez l'enfant allergique aux protéines de lait de vache IgE médiée : expérience toulousaine. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse lll - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (1312Kb)

    Résumé en français

    Introduction : l'allergie aux protéines de lait de vache, persistante et grave dans 20% des cas, est un problème de santé publique chez l'enfant. La stratégie de l'immunothérapie orale (ITO) au CHU de Toulouse diffère selon le profil de sévérité de l'allergie. La stratégie pour les patients les plus sévères est basée sur le lait cuit avec du blé au décours d'un test de provocation par voie orale (TPO) Petit Beurre(r). Pour les moins sévères, l'ITO se fait à partir de lait dont la progression des doses dépend du résultat du TPO réactogène. Le but de notre étude était d'évaluer nos pratiques professionnelles en comparant les taux de guérison des patients en fonction de la stratégie d'ITO, conditionnée par le choix du TPO initial. Matériel et méthodes : étude rétrospective incluant tous les enfants allergiques aux protéines de lait de vache IgE médiée ayant bénéficié d'une immunothérapie orale au CHU de Toulouse entre le 1/5/11 et le 1/1/14. Résultats : parmi les 52 patients inclus, les taux de guérison à 12 mois, 18 mois et à 24 mois étaient respectivement de 21%, 33% et 49%. Il n'a pas été retrouvé de différence significative entre les deux stratégies pour l'acquisition d'une tolérance à 12, 18 ou 24 mois. L'ITO a été bien tolérée dans l'ensemble, néanmoins 9 enfants ont présenté une réaction anaphylactique au cours du suivi, 7 sur 9 parmi les patients les plus sévères. Le seul facteur significatif associé à une absence d'acquisition de tolérance est un taux élevé d'IgE spécifiques à la caséine à l'inclusion. Conclusion : l'évaluation de nos pratiques souligne l'efficacité de l'ITO au lait cuit avec le blé chez des patients au phénotype d'allergie sévère et persistante aux protéines de lait de vache. Les effets adverses sévères sont peu fréquents mais justifient une éducation thérapeutique obligatoire et un suivi rapproché. Quant aux effets secondaires légers ou modérés, sous-estimés en pratique et dans notre étude, ils sont essentiels à prendre en compte pour une bonne observance. Des études à plus grande échelle et à plus long terme sont encore nécessaires pour faire changer les recommandations de l'ITO, en tant que thérapeutique de l'allergie sévère et persistante aux protéines de lait de vache.

    Date de soutenance: 14 Septembre 2015
    Directeur(s) de thèse: Martin-Blondel, Audrey
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Mots-clés libres: Allergie aux protéines de lait de vache IgE médiée - Immunothérapie orale - Tolérance - Lait cuit - Test de provocation par voie orale
    Déposé le: 29 Sep 2015 17:16

    Actions (login required)

    Voir document