Logo Logo

Influence du tabagisme sur la prise en charge des facteurs de risque cardiovasculaire modifiables : étude à partir de l'échantillon MONALISA

Faurié, Thomas (2015) Influence du tabagisme sur la prise en charge des facteurs de risque cardiovasculaire modifiables : étude à partir de l'échantillon MONALISA. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine générale, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (1241Kb)

    Résumé en français

    Introduction : les patients fumeurs ont un risque cardiovasculaire plus élevé que les non-fumeurs. L'objectif de cette étude est d'évaluer l'influence du tabagisme sur la prise en charge des autres facteurs de risque cardiovasculaire (hypertension artérielle, diabète, dyslipidémie) en fonction de leur connaissance, leur traitement et leur contrôle. Matériel et méthode : les participants, âgés de 35 à 74 ans, ont été tirés au sort dans la population générale de trois régions françaises (Lille, Strasbourg et Toulouse) et classés en trois groupes : fumeurs, non-fumeurs et anciens fumeurs. Un recueil de données et un examen clinique standardisés ont été pratiqués, ainsi qu'une prise de sang après 10 heures de jeûne. La connaissance des trois facteurs de risque étudiés reposait sur l'interrogatoire des participants. Le traitement a été évalué par lecture des dernières ordonnances médicales. Le diabète était considéré contrôlé si l'HbA1c était <7%, l'hypercholestérolémie lorsque le LDL-cholestérol était <1,60g/L et la PA si la moyenne de deux mesures effectuées au repos était inférieure à 140 mmHg pour la systolique et inférieure à 90 mmHg pour la diastolique. Résultats : 4821 participants ont été inclus. Concernant l'HTA, les données brutes montrent une connaissance moindre (p=0.001) parmi les fumeurs (22.4% [19.5-25 .3]), par rapport aux non-fumeurs (32.9%[31.0-34.8]) et aux anciens fumeurs (34.3%[32.1-36.5]), ainsi qu'une part inférieure de sujets traités dans ce même groupe (p=0.001). Il n'est plus retrouvé de différence significative après ajustement sur l'âge, le genre, la région de résidence et le niveau d'étude pour la connaissance d'une HTA, et après un ajustement sur les autres facteurs confondants pour le traitement. Les niveaux de contrôle sont équivalents entre les trois groupes. Concernant le diabète, on retrouve une connaissance de diabète supérieure (p=0.001) parmi les anciens fumeurs (12.7%[11.1-14.2]), par rapport aux non-fumeurs (8.8%[7.6-10.0]) et aux fumeurs actuels (7.2%[5.4-9.0]), sur les données brutes et après ajustement. Il n'y a pas de différence de traitement et de contrôle d'un diabète connu entre les trois groupes. Concernant les dyslipidémies, les données brutes révèlent des taux moindres de connaissance et de traitement chez les fumeurs, ainsi qu'une part de sujets contrôlés inférieure (p=0.003) dans ce même groupe (71.6%[63.1-80.1]), par rapport aux non-fumeurs (81.3%[77.7-84.9]) et aux anciens fumeurs (85.4%[82.0-88.8]). L'objectif cible est atteint pour 30% des hypertendus et 60% des diabétiques. Conclusion : d'une façon générale, les fumeurs sont moins bien pris en charge que les non fumeurs. Cette différence est en grande partie liée à l'âge, au genre, à la région de résidence et au niveau d'étude, et non au tabagisme en lui-même. La présence d'un tabagisme devrait être mieux intégrée dans la prise en charge globale du risque cardiovasculaire.

    Date de soutenance: 27 Février 2015
    Directeur(s) de thèse: Ruidavets, Jean-Bernard
    Sujet(s): Thèses > Médecine générale
    Facultés: Facultés > Rangueil
    Mots-clés libres: Fumeurs - Tabagisme - Facteurs de risque cardiovasculaire - Connaissance - Traitement - Contrôle - Hypertension artérielle - Diabète - Dyslipidémie
    Déposé le: 25 Mar 2015 12:34

    Actions (login required)

    Voir document