Logo Logo

Fréquence des déformations à type d'épiphysiolyse dans le conflit de hanche par effet came et la coxarthrose

Murgier, Jérôme (2014) Fréquence des déformations à type d'épiphysiolyse dans le conflit de hanche par effet came et la coxarthrose. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (7Mb)

    Résumé en français

    L'épiphysiolyse fémorale supérieure (EFS) est une pathologie décrite comme rare dans la littérature. Elle consiste en un glissement de l'épiphyse fémorale vers le bas mais surtout vers l'arrière par rapport au col elle doit donc s'analyser sur une radiographie de profil. Une partie des épiphysiolyses passe inaperçue durant l'adolescence et se révèle à l'âge adulte au stade de séquelles (conflit de hanche ou coxarthrose). Aucun index radiographique ne permet de détecter les séquelles d'épiphysiolyse sur une incidence de profil. L'objectif de notre étude épidémiologique était de déterminer à travers trois études la proportion de séquelles d'épiphysiolyse chez les patients présentant un conflit de hanche par effet came ou une coxarthrose à l'aide d'un index radiographique (l'index cervico céphalique de profil (ICCP)) que nous avons validé L'ICCP permet de quantifier la translation postérieure de la tête fémorale sur un profil de hanche. Nous avons recherché sa reproductibilité et déterminé une valeur seuil à partir de laquelle la translation corrélée à une déformation en crosse de pistolet sur la radiographie de face pouvait être définie comme pathologique. L'analyse a porté sur 131 hanches. La valeur seuil fixée à 9 % entraînait une sensibilité à déterminer la présence d'une déformation en " pistol grip " de 89,1 % (IC95 % : 78,8-95,5 %) et une spécificité de 82 4 % (IC95 % : 71,2-89,7 %). Vingt pour cent des hanches sans anomalie sur la face avaient un index pathologique. La reproductibilité intra-observateur était excellente pour l'ICCP (CCI = 0,78 ; IC95 % = 0,57-0,88) et le " pistol grip " (CCI = 0,85 ; IC95 % = 0,74-0,92). L'ICCP est donc un outil fiable pour détecter les déformations à type d'épiphysiolyse (valeur seuil 9%). Une étude cas-témoin comparant la valeur de l'ICCP dans un groupe présentant un conflit de hanche par effet came (CAFA) (96 hanches âge moyen 38 ans) et un groupe contrôle sain (108 hanches âge moyen 36 5 ans) a permis de déterminer que 42 hanches du groupe CAFA (soit 43,7%) avaient un index > 9% contre 6 (soit 5,5%) dans le groupe témoin. La proportion des séquelles d'épiphysiolyse chez l'adulte arthrosique a été recherchée (186 hanches). Elles représentaient la première cause de coxarthrose pour les sujets de moins de 60 ans (30 cas sur 84 soit 35,7%) et la deuxième tout âges confondus (46 hanches soit 24,7%). Le groupe EFS avait 56-2 ans (26-80) d'âge moyen (contre 66 [54-91] pour les coxarthroses primitives [p < 0,0001]) avec un sex-ratio de 7,3 hommes contre 1,1 pour les coxarthroses primitives (p < 0,0001). L'ICCP était en moyenne de 13 % (9-24 %) dans le groupe EFS contre 4,3 % (0-8 %) pour les coxarthroses primitives. Notre travail a permis de mettre en évidence que les séquelles d'épiphysiolyse sont plus fréquentes que décrites dans la littérature puisque retrouvées comme première cause d'arthrose chez les sujets de moins de 60 ans et dans 43,7% des conflits de hanche par effet came.

    Date de soutenance: 23 Septembre 2014
    Directeur(s) de thèse: Chiron, Philippe
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Déposé le: 20 Mar 2015 12:01

    Actions (login required)

    Voir document