Logo Logo

Existe-t-il un phénotype de la fragilité en oncogériatrie ? Etude rétrospective comparant le profil gérontologique d'une population de 50 patients âgés atteints de cancer répondant aux critères cliniques de Fried à celui de 232 patients âgés fragiles sans cancer

Campistron, Mathilde (2013) Existe-t-il un phénotype de la fragilité en oncogériatrie ? Etude rétrospective comparant le profil gérontologique d'une population de 50 patients âgés atteints de cancer répondant aux critères cliniques de Fried à celui de 232 patients âgés fragiles sans cancer. Thèse d'exercice en Médecine générale, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (3317Kb)

    Résumé en français

    Notre société subit les conséquences de la dépendance. Les sujets âgés fragiles constituent cependant une population cible pouvant bénéficier d'interventions spécifiques. Dans ce contexte, une plateforme d'évaluation innovante a été créé sur le Gérontopôle afin d'évaluer les personnes âgées fragiles et de mettre en place un plan de prévention de la dépendance. En parallèle, le cancer devient une des principales pathologies des sujets âgés. Il est de plus en plus associé à un risque de perte d'autonomie. L'objet de notre travail est d'analyser les spécificités gérontologiques des patients âgés atteints de cancer répondant aux critères de fragilité (Fried) afin de mieux prévenir à terme leur risque de perte d'autonomie fonctionnelle. Matériels et méthodes : 50 patients âgés cancéreux répondant aux critères de la fragilité selon Fried ont été comparés à 232 patients fragiles sans cancer. Nous avons analysé les variables continues suivantes : l'indice de Charlson, le MMSE, le CDR, le MIS et le MIS D8, les tests de Covi et de Raskin, l'IADL, le SPPB, le MNA, et les critères de Fried que sont la perte de poids, la diminution de la vitesse de marche, la baisse de la force musculaire, l'épuisement et la diminution de l'activité physique, le score de Fried et le score de la SOF. Le seuil de significativité étant de p = 0,05. Résultats : La majorité des patients atteints de cancers sont des hommes (60 %) contre 37% dans la population témoin (p = 0.004). Ils ont plus de critères de fragilité (p = 0.002), un score de Charlson significativement plus élevé et sont plus dénutris (MNA = 22 (19-25) vs 24.5 (22-27), p =0.0006). Ils ont un MMS significativement plus bas et sont plus dépendants (IADL). Enfin, ils ont plus fréquemment de diminution de la force musculaire que les patients sans cancer (78% vs 55,8%, p =0.004) En conclusion, il existe d'importantes différences dans les données gérontologiques des patients atteints de cancer répondant aux mêmes critères de fragilité que les patients témoins du même âge. Cette première analyse est bien sûr trop incomplète pour permettre de définir un véritable phénotype de la fragilité en oncogériatrie. Cependant, l'exploration de ces patients sur cette plateforme permettra à terme de mieux définir les cibles gérontologiques permettant de prévenir le déclin fonctionnel dans cette population.

    Date de soutenance: 30 Janvier 2013
    Directeur(s) de thèse: Gérard, Stéphane
    Sujet(s): Médecine générale
    Facultés: Rangueil
    Mots-clés libres: Fragilité - Sujet âgé - Oncogériatrie - Cancer - Plateforme - Évaluation gérontologique - Dépendance - Prévention - Critères de Fried
    Déposé le: 19 Feb 2013 11:00

    Actions (login required)

    Voir document