Logo Logo

Etat des lieux de l'information relative a l'oncofertilité par les praticiens prenant en charge des jeunes patientes atteintes de cancer du sein

Gosset, Anna (2018) Etat des lieux de l'information relative a l'oncofertilité par les praticiens prenant en charge des jeunes patientes atteintes de cancer du sein. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (1697Kb)

    Résumé en français

    Introduction : les recommandations de l'ASCO placent les traitements adjuvants du cancer du sein à risque intermédiaire d'aménorrhée. Une consultation d'oncofertilité doit ainsi être systématiquement proposée à toute femme en âge de procréer exposée à un traitement potentiellement gonadotoxique (loi de bioéthique 2004 révisée en 2011). L'objectif de cette étude était de connaitre la proportion des femmes âgées de moins de 40 ans, traitées par chimiothérapie pour un cancer du sein, qui ont bénéficié d'une consultation d'oncofertilité en Midi-Pyrénées et d'évaluer les connaissances des praticiens sur le sujet. Méthodes : Les données ont été récupérées via l'ancien réseau Oncomip et les 2 centres ayant un agrément pour la préservation de la fertilité. Un questionnaire praticien informatisé a été envoyé à tous les chirurgiens et oncologues susceptibles de prendre en charge ce type de patientes. Résultats : sur les 85 praticiens interrogés, 54% ont répondu. Parmi eux, 44% pensent qu'il est possible de réaliser une stimulation ovarienne pour un cancer hormono-dépendant mais 29% qu'il faut plus d'un mois pour la réalisation d'une technique de préservation. De 2012 et 2017, 670 femmes ont été redevables d'un traitement par chimiothérapie : 158 (24%) ont eu accès à une consultation d'oncofertilité et 60 (9%) ont bénéficié d'une préservation. Cette proportion varie en fonction de l'âge de 57% pour les 25-29 ans à 13% pour les 35-39 ans, de la parité (60% nullipares vs 10% multipares) et de l'établissement de prise en charge. Discussion : le recours à une consultation d'oncofertilité reste insuffisant et surtout tend à diminuer au cours du temps (19% en 2017 vs 30% en 2015). Conclusion : notre étude a mis en évidence une disparité dans l'accès à la consultation d'oncofertilité, il convient de mettre en place des actions d'information et de sensibilisation.

    Date de soutenance: 15 Octobre 2018
    Directeur(s) de thèse: Vaysse, Charlotte
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Mots-clés libres: Cancer du sein - Préservation de la fertilité - Oncofertilité
    Déposé le: 04 Feb 2019 16:45

    Actions (login required)

    Voir document