Logo Logo

Place du nivolumab dans la prise en charge du cancer bronchique non à petites cellules : évaluation rétrospective au CHU de Toulouse et IUCT-O

Sabatier, Mireille (2018) Place du nivolumab dans la prise en charge du cancer bronchique non à petites cellules : évaluation rétrospective au CHU de Toulouse et IUCT-O. Thèse d'exercice en Thèses > Pharmacie, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (1368Kb)

    Résumé en français

    L'immunothérapie antitumorale dans le traitement des cancers bronchiques non à petites cellules, notamment le nivolumab, a été accueillie comme une révolution, élargissant les possibilités thérapeutiques. Cependant son utilisation rapide et massive repose sur un nombre limité d'étude clinique. Peu de référentiels existent quant à son positionnement dans la stratégie thérapeutique. Un suivi prospectif de l'utilisation du nivolumab a été réalisé du 21 mai 2015 au 1er mars 2018. L'analyse rétrospective des données de survie et de toxicité ont permis de confirmer les résultats des essais cliniques. L'analyse multivariée des données de survie met en évidence des profils de patient expliquant en partie la variabilité du bénéfice clinique du nivolumab observé. Ainsi le caractère réfractaire à la chimiothérapie précédant le nivolumab est associé à un risque augmenté de décès (HR=1,812 ; [IC95 %1,302-2,522]) et de progression sous nivolumab (HR=1,582 ; [IC95 %1,1501-2,1757]). Les patients dénutris ont également un risque augmenté de décès (HR=1,772 ; [IC95 %1,092-2,875]). Les patients fumeurs ont un risque de progression moindre sous nivolumab (HR=0,481 ; [IC95 %0,3214-0,7212]), possible effet de la charge mutationnelle sur l'efficacité de l'immunothérapie. La présence de métastases cérébrales augmente le risque de progression (HR=1,571 ; [IC95 %1,1425-2,1603]), l'efficacité intracrânienne de l'immunothérapie fait actuellement l'objet d'étude. Les sujets âgés ont un risque de progression majorés sous nivolumab (HR=1,879; [IC95 %1,1245-3,1387]). En conclusion, notre étude retrouve des résultats similaires à ceux des essais cliniques, aussi bien sur le plan de l'efficacité que de la toxicité. Toutefois, nous constatons que certains profils de patients ne semblent pas pleinement bénéficier de l'immunothérapie. Des investigations sont nécessaires chez ces patients, notamment ceux réfractaires à la chimiothérapie de première ligne afin de leur proposer un schéma thérapeutique optimal.

    Date de soutenance: 15 Octobre 2018
    Directeur(s) de thèse: Puisset, Florent
    Sujet(s): Thèses > Pharmacie
    Facultés: Facultés > Pharmacie
    Mots-clés libres: Immunothérapie - Nivolumab - Cancer bronchique non à petites cellules - Efficacité - Toxicité - Profil de patient - Patients réfractaires à la chimiothérapie
    Déposé le: 14 Jan 2019 17:11

    Actions (login required)

    Voir document