Logo Logo

Epidémiologie des lésions traumatiques secondaires aux chutes de lit en hauteur en pédiatrie : analyse de 434 cas aux urgences pédiatriques de l'hôpital des enfants du CHU de Toulouse entre 2011 et 2016

Cablan, Camille (2018) Epidémiologie des lésions traumatiques secondaires aux chutes de lit en hauteur en pédiatrie : analyse de 434 cas aux urgences pédiatriques de l'hôpital des enfants du CHU de Toulouse entre 2011 et 2016. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine générale, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (1134Kb)

    Résumé en français

    Introduction : les lits en hauteur sont populaires pour le gain de place qu'ils offrent et leur côté ludique auprès des enfants. Peu d'études en France s'intéressent à son potentiel lésionnel. Objectif : décrire la population pédiatrique victime de lésion traumatique consécutive à une chute de lit en hauteur. Matériel et méthodes : dans cette étude observationnelle, descriptive et rétrospective, ont été inclus tous les enfants âgés de moins de 15 ans consultant aux urgences pédiatriques de l'Hôpital des Enfants du CHU de Toulouse pour des lésions dues à une chute de lit en hauteur, entre le 01 janvier 2011 et le 31 décembre 2016. Résultats : 434 dossiers ont été analysés. L'âge moyen était de 5,9 +/- 3,2 ans et 56% (n=244) avaient moins de six ans. Le sexe ratio était de 1,32. Les lésions les plus fréquentes étaient des atteintes à la tête (n=264) et des fractures des membres supérieurs (n=76). 59 enfants avaient une CCMU > 2 (14%), 13 avaient un PTS = 8 (3%) et 75 ont dû être hospitalisés (17%). Les enfants de moins de six ans présentaient plus d'atteintes de la tête et du cou (p< 0,0001 ; OR 0,37 (0,25-0,55)) et de contusions (p=0,004 ; OR 1,70 (1,16-2,49). Le nombre de plaies (p=0,03), d'entorses (p=0,03), d'atteintes des membres supérieurs (p=0,0004) et du tronc (p=0,0003) augmentaient parallèlement à l'âge. Il n'y avait pas de différence entre les lits superposés et les lits en mezzanine. Aucun traumatisme médullaire ou décès n'a été constaté. Conclusion : les lits en hauteur représentent un haut risque lésionnel chez les enfants et notamment les moins de six ans pour qui l'utilisation est normalement déconseillée. Une interdiction stricte de son utilisation avant cet âge et la mise en place de mesures de prévention auprès du grand public et du corps médical nous semblent indispensables.

    Date de soutenance: 24 Septembre 2018
    Directeur(s) de thèse: Gurrera, Emmanuel
    Sujet(s): Thèses > Médecine générale
    Facultés: Facultés > Rangueil
    Mots-clés libres: Lit en hauteur - Pédiatrie - Traumatologie pédiatrique - Prévention
    Déposé le: 11 Feb 2019 18:31

    Actions (login required)

    Voir document