Logo Logo

Etude relative à la fertilité des femmes atteintes d'un rhumatisme inflammatoire chronique "FERTIRHUM"

Bourg, Mona (2018) Etude relative à la fertilité des femmes atteintes d'un rhumatisme inflammatoire chronique "FERTIRHUM". Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (3051Kb)

    Résumé en français

    Contexte : Les rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC) ont une prévalence de l'ordre de 3% en France et peuvent affecter la femme jeune en période reproductive. Leur étiopathogénie regroupe des facteurs génétiques, auto-immuns et environnementaux. Leur retentissement sur la qualité de vie est important, entraînant une incapacité parfois sévère. Ainsi, ils seraient susceptibles d'affecter la fertilité féminine par le biais de plusieurs mécanismes, notamment auto-immuns ou par l'utilisation d'immunomodulateurs. Objectif : Nous avons cherché à évaluer l'impact des quatre principaux RIC (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, rhumatisme psoriasique, arthrite chronique juvénile) sur la fertilité des femmes atteintes. Ceci afin d'améliorer nos connaissances sur la fertilité et les possibilités de grossesse chez ces femmes, et de leur apporter une information adéquate. Matériels et méthodes : Nous avons réalisé une étude observationnelle rétrospective unicentrique au sein du service de Médecine de la Reproduction et du service de Rhumatologie du CHU de Toulouse. Un questionnaire anonyme a été adressé par courrier aux patientes âgées de 18 ans à 50 ans, atteintes de PR, SpA, RP ou ACJ avec un diagnostic posé avant 40 ans et ayant consenti à participer à l'étude. Une partie médicale du questionnaire était à remplir par nos soins à partir du dossier médical. Résultats : Sur les 521 patientes éligibles, nous en avons inclus 202. Dans la PR, 26% des patientes n'ont pas réussi à concevoir après le diagnostic contre seulement 3% avant, et dans la SpA 18% contre 6%. En revanche, le délai nécessaire à la conception n'apparaissait pas augmenté, quel que soit le rhumatisme, et le taux de FCS précoces était lui aussi normal. Cependant, 2/3 des patientes rapportaient une diminution de la fréquence des rapports sexuels après le diagnostic, et dans 75% des cas à cause des douleurs liées à la maladie. Conclusion : Notre étude retrouve une tendance à une diminution de la fertilité dans la PR alors que les résultats sont rassurants dans la SpA et le RP. Le pronostic obstétrical apparaît également rassurant quel que soit le rhumatisme. L'effectif trop faible dans l'ACJ n'a pas permis d'analyser les résultats. De façon notable, plus de la moitié des patientes signalent une altération de leur sexualité après le diagnostic, dont les deux principales causes sont les douleurs articulaires et les troubles du désir. Une concertation multidisciplinaire entre rhumatologue, gynécologue et peut-être sexologue apparaitrait nécessaire afin d'optimiser la prise en charge des patientes.

    Date de soutenance: 17 Octobre 2018
    Directeur(s) de thèse: Parinaud, Jean
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Mots-clés libres: Fertilité - Taux de naissances vivantes - Rhumatisme inflammatoire chronique - Polyarthrite rhumatoïde - Spondylarthrite ankylosante - Rhumatisme psoriasique - Arthrite chronique juvénile - Grossesse - Délai de conception - Procréation médicalement assistée - Troubles de la sexualité
    Déposé le: 07 Dec 2018 09:32

    Actions (login required)

    Voir document