Logo Logo

Évaluation des pratiques sportives et physiques après plastie mitrale dans l'insuffisance mitrale primitive

Blanc, Adrien (2018) Évaluation des pratiques sportives et physiques après plastie mitrale dans l'insuffisance mitrale primitive. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (4Mb)

    Résumé en français

    Contexte : l'accès à la pratique du sport en compétition ou dans le cadre du loisir chez l'athlète est limité après une plastie mitrale (PM), malgré les excellents résultats sur le long terme de cette technique. Objectif : nous avons supposé qu'un haut niveau d'activité physique ou sportive après une PM n'avait pas d'impact délétère. Méthodes : tous les patients âgés de 18 à 65 ans opérés d'une PM au CHU de Toulouse, entre janvier 2010 et mars 2017, pour insuffisance mitrale (IM) primaire ont été inclus. Les critères d'exclusions étaient : antécédent de chirurgie cardiaque, autre procédure concomitante à l'exception d'une annuloplastie tricuspidienne, décès non-cardiaque, reprise chirurgicale secondaire (péri-opératoire ou infectieuse), contre-indication générale à une activité physique normale. Le critère de jugement primaire était : i) FA tardive post-opératoire (> 3 mois) ii) Défaillance de la valve mitrale définie par une IM = 2 ou un gradient moyen transmitral (GMT) = 8 mmHg iii) insuffisance cardiaque. La pratique du sport était évaluée en heures par semaine durant les 6 derniers mois et classée selon la classification de Mitchell ; l'activité physique par le questionnaire IPAQ (International Physical Activity Questionnaire) version courte. Résultats : parmi les 654 procédures durant cette période, 135 (20,6%) patients étaient éligibles dont 14 (2,1%) ont été perdus de vue et 121 (18,5%) ont été inclus dans l'étude. L'âge moyen était de 50±11 ans avec 85 (70.2%) hommes et un suivi médian de 34 (20-50) mois. 56 patients (46,3%) pratiquaient une activité sportive régulière avec une médiane de 3 (2-5) heures par semaine dont 11 (19,6%) au moins 6 heures. La médiane du score continu IPAQ était de 1675 (792-3572) met.min.semaine et 42 patients (34,7%) ont atteint le groupe très actif IPAQ 3. 20 évènements sont survenus : 8 récidives de FA (7%), 12 défaillances de valve (10,7% : 7 IM = 2 et 5 GMT = 8mmhg), 0 insuffisance cardiaque. Aucune différence n'a été mise en évidence entre le critère principal et la pratique du sport (p=0,537), tous les sous-groupes de la classification de Mitchell, la pratique intensive du sport = 6 heures (p=0,696), les groupes IPAQ (0,849) et le score continu IPAQ (p=0,396). Conclusion : la pratique du sport ou d'une activité physique intensive après une PM ne semble pas s'accompagner d'un surrisque.

    Date de soutenance: 15 Juin 2018
    Directeur(s) de thèse: Lavie-Badie, Yoan
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Mots-clés libres: Plastie mitrale - Sport - International physical activity questionnaire (IPAQ) - Insuffisance mitrale
    Déposé le: 05 Jul 2018 09:29

    Actions (login required)

    Voir document