Logo Logo

Dépistage et prise en charge de la scoliose idiopathique de l'enfant et de l'adolescent en médecine générale

Dufour, Anne-Sophie (2018) Dépistage et prise en charge de la scoliose idiopathique de l'enfant et de l'adolescent en médecine générale. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine générale, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (3936Kb)

    Résumé en français

    Introduction : La scoliose idiopathique est le trouble rachidien le plus fréquent chez l'enfant et l'adolescent. Il s'agit d'une déformation tridimensionnelle de la colonne vertébrale, caractérisée par une courbure latérale de celle-ci supérieur à 10 ° dans le plan frontal sur une radiographie du rachis. L'objectif thérapeutique est de ralentir ou d'arrêter la progression de la courbure, pour cela un dépistage précoce est nécessaire. Objectif : L'objectif principal de ce travail était de décrire comment les médecins généralistes de Midi Pyrénées dépistaient et prenaient en charge la scoliose idiopathique de l'enfant et de l'adolescent. Matériel et Méthodes : Il s'agissait d'une étude observationnelle descriptive, réalisée par auto-questionnaire diffusé auprès des médecins généralistes de l'ex région Midi Pyrénées (MP) via courriel (URPS) et par appel téléphonique de septembre à novembre 2017. Résultats : Sur les 144 MG, 78,5% effectuaient un dépistage initial avant l'âge de 9 ans. 89,5% des médecins dépistaient la scoliose tous les ans avant la puberté, avec une légère intensification de ce dépistage à tous les 6 mois lors de la puberté (8,5 à 36%, p=0,00000003). 53,5% faisaient un suivi annuel d'une scoliose diagnostiquée avant la puberté et tous les 6 mois pendant la puberté malgré les recommandations d'un suivi semestriel. 25% des médecins adressaient chez le chirurgien orthopédique pour un angle de Cobb inférieur à 10°. Un quart des médecins préconisait l'arrêt de certains sports, 50% des MG prescrivaient de la kinésithérapie pour une scoliose asymptomatique. On observait une méconnaissance de la technique EOS à 28,5% (N=40) et du stade de Risser (12,5% des MG). Conclusion : Le dépistage de la scoliose était globalement bien réalisé par les MG de MP, cependant, il existait des manquements en termes de connaissances qui pourraient être améliorés par la formation médicale continue et cela par une diffusion des recommandations HAS/SOSORT.

    Date de soutenance: 12 Juin 2018
    Directeur(s) de thèse: Latrous, Leïla
    Sujet(s): Thèses > Médecine générale
    Facultés: Facultés > Rangueil
    Mots-clés libres: Scoliose - Dépistage - Médecins généralistes - Chirurgien orthopédique - Puberté
    Déposé le: 26 Jun 2018 13:37

    Actions (login required)

    Voir document