Logo Logo

Etude relative à la fertilité des femmes ayant bénéficié d'une transplantation d'organe(s) "FERTIGREFF"

Dufond, Clémence (2018) Etude relative à la fertilité des femmes ayant bénéficié d'une transplantation d'organe(s) "FERTIGREFF". Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (3016Kb)

    Résumé en français

    Contexte : La greffe d'organe reste le traitement de dernier recours face à la défaillance terminale d'un organe vital dont le non remplacement condamnerait le patient. L'activité de greffe n'a de cesse d'augmenter ces dernières années et la transplantation d'organes a connu des avancées majeures en chirurgie et médecine. L'amélioration de la survie des patientes greffées amène à porter une attention particulière sur la qualité de vie des patientes greffées et notamment sur leur fertilité. Objectif : Nous avons cherché à étudier l'impact de la greffe d'organe et notamment de l'immunosuppression induite par les traitements anti-rejet sur la fertilité de patientes greffées d'organe(s). Ceci, dans le but d'améliorer nos connaissances sur la fertilité et les possibilités de grossesse des femmes transplantées immunodéprimées afin de leur apporter une information et une prise en charge adéquates. Matériels et méthodes : Nous avons réalisé une étude rétrospective déclarative descriptive et unicentrique. Un questionnaire anonyme a été adressé par courrier aux patientes vivantes, âgées de 18 ans et plus, ayant bénéficié d'une transplantation d'organes avant l'âge de 40 ans, suivies au sein de l'unité de transplantation d'organes du CHU de Toulouse et ayant consenti à participer à l'étude. Ce questionnaire visait à étudier leur fertilité avant et après la greffe d'organe(s). Résultats : sur les 269 patientes éligibles, nous avons pu obtenir 89 questionnaires. Avant la transplantation, 26% des patientes qui avaient eu un désir de grossesse n'ont pas été enceintes contre 39,5% après la greffe. La prévalence de patientes greffées avec un désir d'enfant ayant eu une ou plusieurs grossesse(s) spontanée(s) est de 60,5%. On note un taux de FCS de 36% avant la transplantation contre 31% chez les patients greffées. Conclusion : Nous avons pu mettre en évidence un pourcentage plus important de FCS chez les patientes greffées d'organe(s) comparativement à la population générale. De façon probante, un pourcentage important de patientes greffées d'organe(s) ont peur d'être enceinte car elles craignent l'aggravation de leur pathologie et de leur état de santé. Une consultation multidisciplinaire dédiée à ces patientes pourrait être nécessaire à instaurer afin de leur apporter toutes les informations nécessaires concernant leur fertilité, répondre à leurs questions sur la grossesse et ainsi optimiser leur prise en charge.

    Date de soutenance: 26 Avril 2018
    Directeur(s) de thèse: Parinaud, Jean
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Mots-clés libres: Fertilité - Transplantation d'organe - Immunosuppression - Grossesse - Procréation Médicalement assistée - Désir de grossesse
    Déposé le: 20 Jun 2018 11:30

    Actions (login required)

    Voir document