Logo Logo

Troubles du sommeil de l'enfant adopté à l'international. Une étude rétrospective observationnelle et monocentrique portant sur 53 enfants vus à la Consultation d'orientation et de conseils en adoption (COCA) du CHU Toulouse Purpan entre janvier 2010 et décembre 2015

Roy, Audrey (2018) Troubles du sommeil de l'enfant adopté à l'international. Une étude rétrospective observationnelle et monocentrique portant sur 53 enfants vus à la Consultation d'orientation et de conseils en adoption (COCA) du CHU Toulouse Purpan entre janvier 2010 et décembre 2015. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine générale, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (1800Kb)

    Résumé en français

    Introduction : En raison de facteurs de stress psycho-sociaux, les enfants adoptés à l'international (EAI) sont susceptibles de présenter des troubles du sommeil (TS). L'objectif était de calculer de manière rétrospective la prévalence, la durée et les facteurs associés à la survenue de TS chez les EAI. Matériel et Méthodes : Un questionnaire était adressé aux parents des EAI adoptés entre 3 et 10 ans et vus à la Consultation d'Orientation et de Conseils en Adoption (COCA) du CHU Toulouse Purpan entre janvier 2010 et décembre 2015. Résultats : 53 questionnaires ont été analysés. En suivant les critères DSM V, 35,8% ont présenté un trouble insomnie d'endormissement (TEnd), 20,8% un trouble éveil nocturne (TEvN), 35,8% des cauchemars fréquents, 15% des terreurs nocturnes (TN) et 26,4% un trouble énurésie nocturne (TEN). Un âge jeune à l'adoption était associé à la survenue de TEvN (p=0,03), de TEN (p=0,05) et une tendance aux TN (p=0,07). Ni l'adoption seul ou en fratrie, ni le genre, ni la mono ou bi-parentalité n'étaient associés à la survenue de TS. Les enfants Africains étaient plus nombreux à présenter un TEnd (p=0,05) tandis que les enfants d'Europe de l'Est étaient plus nombreux à présenter des cauchemars (p=0,01). Enfin, le vécu en institution était associé à un plus grand nombre de TEN (p=0,04). Les troubles les plus durables (>2 ans) étaient les TEnd (17%), puis l'énurésie (13,2%), les cauchemars (11%) et les TEvN (5,7%). Conclusion : Une étude prospective de plus grande ampleur, en interrogeant les enfants serait nécessaire pour préciser nos résultats.

    Date de soutenance: 25 Janvier 2018
    Directeur(s) de thèse: Mas, Emmanuel
    Sujet(s): Thèses > Médecine générale
    Facultés: Facultés > Rangueil
    Mots-clés libres: Troubles du sommeil - Enfants adoptés - Terreurs nocturnes - Cauchemars - Enurésie - Insomnie
    Déposé le: 09 May 2018 09:46

    Actions (login required)

    Voir document