Logo Logo

Révision de la pharmacopée du sac médical de SMUR montagne en France métropolitaine

Vinas, Rémi (2017) Révision de la pharmacopée du sac médical de SMUR montagne en France métropolitaine. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine générale, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (1093Kb)

    Résumé en français

    Introduction : Les contraintes techniques imposées par cette discipline de la médecine d'urgence pré-hospitalière imposent des conditions d'exercice difficiles au médecin justifiant une ergonomie spécifique, faisant intervenir un gain de poids nécessaire. Dans cette démarche, les médicaments utilisés en médecine de montagne doivent être optimisés pour ne faire figurer que l'essentiel, en adéquation aux données actuelles de la science et les dernières recommandations en vigueur. Nous avons donc étudié les profils et habitudes de pratique des médecins montagne à l'échelle nationale et proposé des suppressions de médicaments de la trousse médicale de SMUR montagne. Méthodes : évaluation de pratiques professionnelles rétrospective réalisée du mois d'août 2016 à novembre 2016 ciblant les médecins de SMUR montagne intervenant en France métropolitaine, suivant un questionnaire de 18 items évaluant la population ciblée et proposant des suppressions médicamenteuses. Résultats : 47 médecins ont répondu, composés d'anesthésistes-réanimateurs, de médecins généralistes détenteurs de la CAMU, de DIUMUM et de médecins militaires. Les retraits ont été approuvés à 97,56% pour le mannitol, 75,6% pour le glucosé 5%, 84,3% pour le diazepam, 48,8% pour le furosemide, 51,2% pour l'hypnomidate, 61% pour le propofol, 52,38% pour le lorazepam, 63,4% pour le thiopental, 92,7% pour le lidocaine spray 5%. Les DESCMU sont significativement plus jeunes (2,6+-1,76 ans) que les non DESCMU, (10,7 +- 1,55 ans) (p=0,06) et préfèrent se séparer du thiopental significativement plus que les non DESCMU (p=0,0204). Les résultats sont similaires pour les DIUMUM (p=0,0284). Les anesthésistesréanimateurs sont significativement plus vieux (p=0,06) et plus réticents à l'idée de retirer le thiopental (p=0,0006) et le propofol que les non anesthésistes. Les CAMU ont significativement plus d'expérience que les non CAMU en SMUR montagne (p=0,05). Discussion : Malgré un nombre de participants nettement insuffisant, il se dégage de l'étude une approbation globale, proposant des modifications à soumettre à l'expertise de chacun et une réduction du poids de la trousse médicale de SMUR montagne. Il persiste des différences de pratique nettes entre spécialités qui pourraient être amenées à s'amoindrir avec l'homogénéisation des formations SMUR. Cette étude nécessite des évaluations annexes supplémentaires concernant le reste du matériel médical hors médicaments, tant les normes sécuritaires attribuables au moyen héliporté imposent des réductions de poids incontournables à l'heure actuelle. Conclusion : La suppression de l'ensemble de ces médicaments et solutés nous procure un gain de poids de 3kg , intéressant pour la progression de l'équipe médicale en SMUR montagne cependant il persiste des désaccords quant à sa mise en pratique. Des études annexes ciblant le matériel non médicamenteux doivent être réalisées pour poursuivre cette démarche.

    Date de soutenance: 20 Septembre 2017
    Directeur(s) de thèse: Mur, Sébastien
    Sujet(s): Thèses > Médecine générale
    Facultés: Facultés > Rangueil
    Mots-clés libres: Montagne - Sauvetage - Sac - Urgence - Pharmacopée - Médical
    Déposé le: 26 Feb 2018 16:38

    Actions (login required)

    Voir document