Logo Logo

Efficacité du bevacizumab associé à la chimiothérapie dans le traitement des tumeurs neuroendocrines digestives bien différenciées. Etude rétrospective de 44 cas issus de la RCP RENATEN de Toulouse

Liffraud, Cécile (2017) Efficacité du bevacizumab associé à la chimiothérapie dans le traitement des tumeurs neuroendocrines digestives bien différenciées. Etude rétrospective de 44 cas issus de la RCP RENATEN de Toulouse. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (3513Kb)

    Résumé en français

    Introduction : l'intérêt des anti-angiogènes dans le traitement des tumeurs neuroendocrines digestives bien différenciées (TNEBD) avancées a été démontré pour les thérapies ciblées (everolimus, sunitinib). La place du bevacizumab (Ac anti-VEGF) reste à définir. Son intérêt en association avec la chimiothérapie est suggéré par quelques études de phase II et constitue une option thérapeutique de faible niveau de preuve. L'objectif de notre étude était de décrire, de façon rétrospective, l'efficacité de l'association chimiothérapie + bevacizumab chez les patients traités dans notre centre. Le critère de jugement principal était la survie sans progression (SSP) et les objectifs secondaires la survie globale, le taux de réponse globale, et la tolérance du traitement. Patients et méthodes : 44 patients atteints de TNEBD avancées ayant reçu un traitement par bevacizumab et chimiothérapie cytotoxique, suite à la proposition de la RCP RENATEN, entre le 23 mai 2006 et le 31 juin 2016 ont été inclus. Pour conclure à un effet satisfaisant, l'objectif de SSP globale était de 20 mois (16 mois pour les TNE pancréatiques, et 23 mois pour les TNE gastro-intestinales). Résultats : 41 patients ont été analysés (données manquantes pour 3 patients). La SSP globale est de 13.1 mois (17 mois pour les TNE pancréatiques, 6.6 mois pour les TNE gastro-intestinales, différence non significative). La survie globale est de 59.1 mois, avec un taux de réponse tumorale global de 36.6%. Le traitement n'a pas donné lieu à des toxicités inattendues. Conclusion : ce travail ne permet pas de mettre en évidence un gain clair en termes de SSP chez les patients atteints de TNEBD traités par bevacizumab et chimiothérapie cytotoxique. L'intérêt de l'ajout systématique de bevacizumab à une chimiothérapie cytotoxique reste à évaluer par des essais prospectifs.

    Date de soutenance: 06 Octobre 2017
    Directeur(s) de thèse: Guimbaud, Rosine
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Mots-clés libres: Bevacizumab - Tumeur neuroendocrine - Anti-angiogénique
    Déposé le: 04 Dec 2017 17:36

    Actions (login required)

    Voir document