Logo Logo

Traitement des épiphora par injection de toxine botulique dans la glande lacrymale

Ter Schiphorst, Thibault (2017) Traitement des épiphora par injection de toxine botulique dans la glande lacrymale. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img] PDF (Accès restreint. S'adresser à l'accueil de la BU Santé de Toulouse)
Restricted to Accès intranet

Télécharger (2489Kb)

    Résumé en français

    Ojectif : L'objectif de ce travail était d'étudier l'efficacité des injections de toxine botulique dans le lobe palpébral de la glande lacrymale chez les patients présentant un épiphora par hypersécrétion ou par hypoexcrétion. Matériel et méthodes : Nous avons inclus dans cette étude rétrospective tous les patients ayant consulté au Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse (France) et au Centre Hospitalier de Tarbes (France) pour un épiphora invalidant et ayant bénéficié d'une injection de toxine botulique dans la glande lacrymale entre juillet 2015 et décembre 2016. L'injection de toxine botulique (incobotulinumtoxinA 5U) était réalisée par voie transconjonctivale dans le lobe palpébral de la glande lacrymale. Le score de Munk et le test de Schirmer étaient recueillis en pré-opératoire, à 1 semaine, 1 mois et 3 mois. Résultats : Trente-neuf glandes lacrymales ont été injectées au cours de cette période. On retrouvait une diminution de la sécrétion lacrymale au test de Schirmer de 9.8mm (IC95% 5,6; 12,7) (p<0,01) à 1 semaine, de 6.2mm (IC95% 2,3; 10,1) (p<0,01) à 1 mois et de 3,4mm (IC95% -4,5; 11,2) (p=0,4) à 3 mois. On retrouvait une diminution du score de Munk de 1,8 (IC95% 1,3;2,2) (p<0,001) à 1 semaine, de 1,9 (IC95% 1,5; 2,3) (p<0,001) à 1 mois et de 2,5 (IC95% 1,8; 3,2) (p<0,001) à 3 mois. Nous avons constaté quatre ptosis transitoires (10%). Conclusion : L'injection de toxine botulique à très faible dose dans le lobe palpébral de la glande lacrymale par voie transconjonctivale semble être une méthode efficace et sûre pour traiter les larmoiements par hypersécrétion et constitue une alternative intéressante dans les larmoiements par hypoexcrétion avec impossibilité de chirurgie.

    Date de soutenance: 03 Mars 2017
    Directeur(s) de thèse: Pelissier-Suarez, Cyrielle
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Mots-clés libres: Toxine botulique - Glande lacrymale - Epiphora - Larmoiement
    Déposé le: 20 Nov 2017 18:05

    Actions (login required)

    Voir document