Logo Logo

Motivations du refus et de l'acceptation de la vaccination contre le virus de l'hépatite B des nourrissons par leurs parents. Analyse en zone rurale (Aveyron) et en zone urbaine (Haute-Garonne) entre avril 2015 et septembre 2015

Ekambi Kotto, Thierry William (2017) Motivations du refus et de l'acceptation de la vaccination contre le virus de l'hépatite B des nourrissons par leurs parents. Analyse en zone rurale (Aveyron) et en zone urbaine (Haute-Garonne) entre avril 2015 et septembre 2015. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine générale, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (4Mb)

    Résumé en français

    Introduction : l'hépatite B est une maladie infectieuse du foie le plus souvent asymptomatique dans sa forme aigüe. C'est un réel problème de santé publique puisque dans 0,1 à 1% des cas une hépatite fulminante mortelle. Dans 2 à 10% des cas, sa forme chronique entraine une cirrhose ou un carcinome hépatocellulaire. La vaccination a permis de diminuer le nombre de nouveau cas et pourtant la couverture vaccinale n'est pas optimale. Ce travail a pour but de décrire les motifs de vaccination et de refus de vaccination contre le virus de l'hépatite B (VHB) des nourrissons en zone rurale(Aveyron) et en zone urbaine (Haute-Garonne). Matériels et méthodes : un questionnaire a été laissé en libre-service en salle d'attente des médecins généralistes, médecins de PMI ayant été tirés au sort. Les parents de nourrissons remplissaient le questionnaire, puis le remettaient au médecin qui me les renvoyaient. 10 questionnaires étaient remis à chaque médecin. Dans chaque département, 10 communes étaient titrées au sort et dans chaque commune, 10 cabinets médicaux l'étaient. Résultats : 239 couples de parents ont répondu au questionnaire (158 en Aveyron et 81 en Haute-Garonne) soit 442 enfants (302 vaccinés et 109 non vaccinés). La majorité des parents (48,7%) avaient entre 30 et 40 ans. Les parents Aveyronnais travaillaient principalement dans la santé, l'agriculture et l'aménagement tandis que les Haut-Garonnais travaillaient plutôt dans le commerce et la vente. En général, les parents avaient un niveau BAC ou supérieur au BAC+2. Les parents savent que le vaccin contre le VHB est recommandé, ils disent dans l'ensemble être suffisamment informés sur le VHB. La relation de confiance médecin-malade est un des piliers de la vaccination, les potentiels effets indésirables de cette dernière sont les principaux freins. Nous remarquons que les parents jeunes et diplômés sont ceux qui vaccinent le moins contre le VHB. Nous constatons qu'en Aveyron comme en Haute-Garonne, il y a plus d'enfants vaccinés que non vaccinés. Discussion : la polémique sur les risques de maladies démyélinisantes après la vaccination contre le VHB reste encrée dans l'esprit de la population. La méfiance vis-à-vis de ses effets indésirables reste le principal frein à cette vaccination. Une campagne d'information devra être menée et centrée sur ces craintes de la population pour pouvoir atteindre une couverture vaccinale suffisante.

    Date de soutenance: 13 Octobre 2017
    Directeur(s) de thèse: Semet, Jean-Claude
    Sujet(s): Thèses > Médecine générale
    Facultés: Facultés > Rangueil
    Mots-clés libres: Hépatite B - Vaccination - Couverture vaccinale hépatite B - Sclérose en plaques
    Déposé le: 21 Nov 2017 11:46

    Actions (login required)

    Voir document