Logo Logo

Apport de l'épreuve d'effort cardiorespiratoire chez l'enfant

Dufau, Lucile (2016) Apport de l'épreuve d'effort cardiorespiratoire chez l'enfant. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF (L'auteur ne souhaite pas la mise en ligne de sa thèse. L'exemplaire papier peut être consulté ou emprunté à la BU Santé de Toulouse.)
Télécharger (192Kb)

    Résumé en français

    Introduction : l'épreuve d'effort cardiorespiratoire est un examen d'exploration fonctionnelle répandu chez l'adulte et dont l'intérêt chez l'enfant s'est développé depuis plusieurs années. Objectif : l'objectif de notre étude était d'une part d'évaluer l'apport de l'épreuve d'effort chez l'enfant en terme de diagnostic, de modification thérapeutique et du devenir du patient, et d'autre part, d'évaluer la méthodologie de nos pratiques en comparaison avec la littérature. Matériel et méthode : nous avons réalisé une étude rétrospective sur les épreuves d'effort cardio-respiratoires avec mesure de la consommation maximale en oxygène pratiquées sur l'Hôpital des Enfants du Centre Hospitalo-Universitaire de Toulouse entre le 1er janvier 2012 et le 31 décembre 2014. Résultats : 115 épreuves d'effort ont été réalisées sur cette période pour des bilans de symptômes d'effort (66%) et des suivis de pathologies chroniques (34%). 90 épreuves (78%) étaient analysables et permettaient de porter un diagnostic de limitation à l'effort dans 40 cas, d'origine pulmonaire (22), périphérique (2) cardiaque (2) ou avec seulement des signes de déconditionnement à l'effort (14) ; les 50 autres épreuves étaient normales. Les propositions thérapeutiques suite à l'EE étaient pour 55% des réentraînements à l'effort, 37% des modifications thérapeutiques (correspondant pour 80% à une introduction de traitement antiasthmatique), 7% de prescriptions d'explorations complémentaires, et 20% d'autorisations à la reprise du sport. Lors du suivi, 32% des patients ressentaient une amélioration lors de leur pratique sportive, 12% ressentaient au contraire une aggravation, 32% n'étaient pas reconvoqués à titre systématique, et 24% étaient perdus de vue. Parmi les différents critères d'interprétation recensés dans la littérature et validés chez l'adulte, les critères de maximalité repris par C.Karila en population pédiatrique semblaient les plus adaptés, et concordaient avec les résultats de notre cohorte. Conclusion : cette étude nous a montré l'intérêt de l'intégration de l'épreuve d'effort dans la démarche diagnostique et la prise en charge des patients porteurs de maladies chroniques ou de symptomatologie d'effort, avec la nécessité d'une interprétation rigoureuse basée sur les recommandations.

    Date de soutenance: 05 Avril 2016
    Directeur(s) de thèse: Mittaine, Marie
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Mots-clés libres: Epreuve d'effort cardiorespiratoire - Test d'effort chez l'enfant - Consommation maximale en oxygène - Réentrainement à l'effort - Déconditionnement
    Déposé le: 16 Nov 2017 10:39

    Actions (login required)

    Voir document