Logo Logo

AES chez les internes : fréquence des accidents mais faible application des recommandations de prise en charge

Verhoef, Yooye (2013) AES chez les internes : fréquence des accidents mais faible application des recommandations de prise en charge. Thèse d'exercice en Médecine générale, Université Toulouse III - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (629Kb)

    Résumé en français

    Introduction-Objectifs : Les accidents d'exposition au sang (AES) exposent à un risque viral. L'objectif de cette étude était d'évaluer la fréquence des AES chez les internes et le niveau d'application des recommandations de prise en charge. Matériel et Méthodes: Etude observationnelle auprès des internes de Midi-Pyrénées par questionnaire en ligne anonymisé sur la fréquence d'AES, les circonstances de survenue, l'application des recommandations pour la déclaration en accident du travail et la prise en charge du risque viral. Résultats: Une réponse a été obtenue de 401/1031 internes (39 %). Pendant leurs études, 58 % (233/401) ont été victimes d'AES, 31 % (123/401) l'année passée. Parmi ces derniers, 54 % (66/123) sont survenus en garde, 43 % (46/106) la nuit. Parmi les victimes d'AES l'année passée, 82 % (101/123) n'ont pas fait de déclaration d'accident du travail pour tout (63 %) ou partie de leurs AES (19 %). L'infectiologue référent n'a été contacté que dans 31 % (38/122) des cas. La non-déclaration est justifiée pour 83 % (90/108) par une auto-estimation faible ou inexistante du risque par les internes alors que la fréquence théorique moyenne de transmission virale après piqûre avec un patient source séropositif est sous-estimée par 24 % (29/123) des internes pour le VIH, et 25 % (31/123) pour le VHC. La non-déclaration est imputée dans 53 % (57/108) des cas à la lourdeur de la procédure administrative ; 75 % (85/114) ont recherché le statut sérologique du patient source ; 8 sources étaient séropositives, un avis infectiologique a été pris dans 6/8 cas. Seuls 45 % (13/29) des internes n'ayant pas recherché le statut sérologique du patient source ont fait une surveillance de leurs sérologies et utilisé des préservatifs au décours de l'AES. Conclusion: La sous-déclaration des AES par les internes est massive et justifierait un renforcement de leur formation pour ce risque professionnel.

    Date de soutenance: 24 Septembre 2013
    Directeur(s) de thèse: Delobel, Pierre
    Sujet(s): Médecine générale
    Facultés: Rangueil
    Mots-clés libres: Accidents d'exposition au sang - Internes - Exposition VIH/VHB/VHC - Exposition professionnelle
    Déposé le: 21 Oct 2013 10:48

    Actions (login required)

    Voir document