Logo Logo

Expériences d'usager.e.s de sulfate de morphine à visée substitutive : poison ou remède ?

Charrier , Léa and Yajjou, Nabil (2017) Expériences d'usager.e.s de sulfate de morphine à visée substitutive : poison ou remède ? Thèse d'exercice en Thèses > Médecine générale, Université Toulouse lll - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (1536Kb)

    Résumé en français

    Contexte : Depuis 2011, on observe un essor de la consommation du sulfate de morphine (SdM) à visée substitutive de l'héroïne, malgré l'existence de la méthadone et de la buprénorphine haut dosage (BHD) dans le traitement de substitution des opiacés (TSO). Objectif et Méthode : L'objectif de l'étude était d'explorer les raisons de cet essor en tentant d'identifier la place du SdM en alternative aux médicaments de substitution des opiacés (MSO) existants à travers l'expérience d'usager.e.s de SdM en France. La recherche s'appuyait sur une me´thode qualitative par entretiens semi-dirige´s. Résultats : 11 personnes, s'auto-définissant comme consommateur.rice.s de SdM à visée substitutive, ont été rencontrées entre mars et novembre 2016. La plupart des participant.e.s l'utilisait par voie intra-veineuse. Le SdM pouvait être identifié comme un poison face aux conséquences néfastes liées aux injections et à la recherche du produit. Le SdM était un remède lorsqu'il était utilisé à visée auto-thérapeutique. Sa spécificité résidait dans un effet ressenti significatif à la prise,et une diminution importante du craving en dépit d'une tolérance élevée. Les attentes se concentraient sur une meilleure reconnaissance du SdM comme MSO, une prise en compte de la problématique de l'injection et un accueil bienveillant non stigmatisant par le corps soignant. Discussion : La fonction de la consommation variait, entre poison et remède, au cours du parcours de l'usager.e de SdM, de la même façon que ce qui est décrit dans la littérature pour les autres consommateurs.rices de MSO. Ce polymorphisme des consommations, confortait l'importance d'une prise en charge pluridisciplinaire de la toxicomanie. L'effet ressenti interrogeait la fonction hédonique attribuée à l'usage du SdM et semblait sous-tendre la recherche d'une homéostasie, pouvant expliquer en partie le mésusage d'un tel médicament. Le SdM investit en objet de transition dans le soutien au sevrage à l'injection, ouvrait la question de l'émergence d'une substitution injectable et la nécessité de se saisir de l'injection comme une problématique autonome. Conclusion : Le discours des usager.e.s conforte la nécessité d'ouvrir le panel thérapeutique disponible, à travers l'émergence de nouvelles formes galéniques de MSO, et notamment injectables. Ce travail peut constituer l'approche exploratoire nécessaire à l'élaboration de recherches plus amples en direction des usager.e.s de SdM pour établir son véritable intérêt dans le cadre des TSO.

    Date de soutenance: 03 Mars 2017
    Directeur(s) de thèse: Chaaban, Samahand Laurencin, Gabrielle
    Sujet(s): Thèses > Médecine générale
    Facultés: Facultés > Rangueil
    Mots-clés libres: Traitement de substitution des opiacés - Toxicomanie - Sulfate de morphine - Etude qualitative
    Déposé le: 23 Aug 2017 11:20

    Actions (login required)

    Voir document