Logo Logo

Difficultés et spécificités à soigner un confrère en médecine générale, en Midi-Pyrénées

Plagnard, Sophie (2017) Difficultés et spécificités à soigner un confrère en médecine générale, en Midi-Pyrénées. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine générale, Université Toulouse lll - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (1881Kb)

    Résumé en français

    Introduction : les médecins généralistes consultent peu leurs confrères lorsqu'ils sont malades, ils ont souvent recours à l'auto-prescription et à l'automédication. L'objectif principal était d'évaluer les difficultés et spécificités, pour un médecin généraliste, à prendre en charge un de ses confrères malade. L'objectif secondaire était de proposer des pistes pour faciliter et améliorer cette prise en charge. Méthode : il s'agissait d'étude quantitative transversale, observationnelle puis analytique, réalisée par auto-questionnaires Google Form, adressés par mail aux médecins généralistes de Midi-Pyrénées, du 21/02/2017 au 18/04/2017. Résultats : 375 médecins ont répondu. Soigner un confrère en tant que médecin généraliste, était difficile pour 81,1% des médecins interrogés. La principale difficulté, en rapport avec le médecin soigné, était le problème de l'acceptation de son statut de patient, dans 56% des réponses, avec déni, anxiété exagérée, négligence et retard dans le début de la prise en charge. La principale difficulté en rapport avec le médecin soignant était la peur de l'erreur et le jugement de son confrère patient, dans 40% des réponses. La consultation médicale était spécifique, plus longue pour 64% des médecins, réalisée en langage médical pour 86% et l'avis du médecin spécialiste était plus rapidement demandé pour 59%. Conclusion : la difficulté pour le soignant, dans le soin d'un confrère en médecine générale, est liée aux caractéristiques propres du soigné et du soignant. Pour faciliter cette consultation, il faut essayer de considérer ce patient médecin comme un patient " standard ". Obliger chaque médecin généraliste à avoir un médecin traitant autre que soi-même et une formation spécifique des médecins soignant leurs confrères peuvent être des idées à développer pour améliorer la prise en charge des médecins.

    Date de soutenance: 30 Mai 2017
    Directeur(s) de thèse: Chicoulaa, Bruno
    Sujet(s): Thèses > Médecine générale
    Facultés: Facultés > Rangueil
    Mots-clés libres: Relation médecin-patient - Soigner un confrère - Médecin malade
    Déposé le: 29 Aug 2017 09:11

    Actions (login required)

    Voir document