Logo Logo

Etude des caractéristiques morphologiques, immunohistochimiques et moléculaires de carcinomes urothéliaux infiltrant le muscle traités par chimiothérapie néoadjuvante

Daniel, Gwendoline (2017) Etude des caractéristiques morphologiques, immunohistochimiques et moléculaires de carcinomes urothéliaux infiltrant le muscle traités par chimiothérapie néoadjuvante. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse lll - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (5Mb)

    Résumé en français

    Objectifs : Le traitement de référence des tumeurs urothéliales infiltrant le muscle combine actuellement une chimiothérapie néo adjuvante (CNA) à base de cisplatine suivie d'une cystectomie radicale. Seul un tiers des patients obtient une réponse complète après CNA et aucun biomarqueur prédictif fiable ne permet de sélectionner ces patients avant traitement. Notre objectif était d'identifier des facteurs prédictifs de réponse à la chimiothérapie à l'aide d'outils disponibles en routine, ainsi que d'évaluer l'utilisation d'un score de régression tumorale (TRG) sur les pièces de cystectomie. Matériels et méthodes : Une cohorte de patients traités par chimiothérapie néoadjuvante avant cystectomie pour un carcinome urothélial de haut grade, infiltrant le muscle a été analysée. Une recherche de variants morphologiques, des marquages immunohistochimiques avec les anticorps anti- CK5/6 et GATA3, ainsi qu'un séquençage ciblé en NGS avec le panel INCa ont été réalisés sur le matériel tumoral issu des RTV pré-CNA. La réponse thérapeutique a été évaluée à la fois par le stade ypTNM et par un score de régression tumorale TRG, sur les pièces de cystectomie post-CNA. Résultats : Notre cohorte comportait 66 patients. Le taux de réponse global à la CNA (avec stade ypT < pT2) était de 59,1 % (n = 39/66) et de 71,2% (n = 47/66) si on définissait la réponse par un TRG < 3. Onze cas (22%) étaient de phénotype basal (CK5/6 + et GATA3 -), dont 63,6% étaient non répondeurs si la réponse à la CNA était définie par un stade ypT < pT2 (p=0,19), contre 45.4 % si elle était définie par un TRG < 3 (p=0,28). Les cas de variant épidermoïde, comportaient 63,6% de stade ypT = pT2, contre 36,4% de TRG 3 (ou non répondeurs avec l'évaluation par le TRG). La répartition des cas de phénotype luminal [(CK5/6 + ou - et GATA3+) ou (CK5/6- et GATA3-)] était de 61,5% de stade ypT < pT2 (p=0,19) contre 73,7% de TRG < 3 (p=0,28). Conclusion : Le score de régression tumorale TRG évalué sur pièce de cystectomie permet de mieux identifier la réponse thérapeutique post CNA. Il a une valeur pronostique supérieure à celle du stade ypT. L'absence de variant morphologique et le phénotype luminal sont associés à une réponse favorable à la chimiothérapie. Le double marquage immunohistochimique CK5/6 et GATA3 sur les RTV avant CNA s'avère pertinent pour appréhender les patients susceptibles de mieux répondre à la chimiothérapie.

    Date de soutenance: 17 Mars 2017
    Directeur(s) de thèse: Quintyn-Ranty, Marie-Laure
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Mots-clés libres: Carcinome urothélial - Chimiothérapie néoadjuvante - Grade de régression tumorale - Biomarqueurs - Classification moléculaire
    Déposé le: 16 May 2017 11:19

    Actions (login required)

    Voir document