Logo Logo

Ostéoplasties additives des secteurs mandibulaires postérieurs en chirurgie pré-implantaire : augmentation verticale osseuse et techniques alternatives. Une méta-analyse de la littérature

Benat, Gauthier (2017) Ostéoplasties additives des secteurs mandibulaires postérieurs en chirurgie pré-implantaire : augmentation verticale osseuse et techniques alternatives. Une méta-analyse de la littérature. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse lll - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (3246Kb)

    Résumé en français

    La chirurgie pré-implantaire est désormais pratiquée au quotidien, elle est liée à une forte demande des patients souhaitant bénéficier d'une réhabilitation dentaire complète et pérenne dans le temps. Le secteur mandibulaire postérieur reste cependant une zone anatomique d'accès difficile et dont la gestion thérapeutique n'est pas aisée au regard des conditions locales aussi bien pour le praticien (qualité osseuse, vascularisation, nerf alvéolaire inférieur) que pour le patient (forces masticatoires importantes, contraintes mécaniques). Ce travail détaille (définition, historique, indications, avantages, complications, inconvénients, limites) les différentes techniques chirurgicales d'augmentation verticale (distraction ostéogénique, greffe onlay, coffrage, anneau, tente corticale, inlay, régénération osseuse guidée) en secteur mandibulaire postérieur ainsi que les procédures alternatives (implants courts, dérivation nerveuse). Au travers d'une méta-analyse de la littérature, le point est fait à la fois sur les bénéfices obtenus concernant le volume vertical osseux ainsi que sur la pérennité des implants mis en place. La chirurgie pré-implantaire (distraction, sandwich, onlay, coffrage, ROG) conventionnelle reste à bien des égards la procédure thérapeutique à suivre pour s'assurer d'atteindre l'objectif initialement fixé. Cependant deux propositions thérapeutiques semblent à prendre en considération : la technique de l'anneau est séduisante, car elle permet de mener le projet de réhabilitation en seulement en 6 mois ce qui, jusqu'à présent, prenait une année complète mais l'absence d'étude clinique ne permet d'asseoir cet argumentaire. Les implants courts car ils permettent de s'affranchir de l'ensemble des techniques de chirurgie pré-implantaire et d'obtenir un résultat fiable, sans certitude sur leur durée de vie à long terme.

    Date de soutenance: 26 Avril 2017
    Directeur(s) de thèse: Boutault, Franck
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Mots-clés libres: Greffes osseuses - Implantologie - Chirurgie pré-implantaire - Augmentation verticale - Mandibule postérieure
    Déposé le: 16 May 2017 13:31

    Actions (login required)

    Voir document