Logo Logo

Le suivi gynécologique des femmes traitées par médicaments de substitution aux opiacés suivies dans les CSAPA et les CAARUD en Haute-Garonne

Duffay, Lucile (2017) Le suivi gynécologique des femmes traitées par médicaments de substitution aux opiacés suivies dans les CSAPA et les CAARUD en Haute-Garonne. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine générale, Université Toulouse lll - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (489Kb)

    Résumé en français

    Peu d'étude se sont intéressées au suivi gynécologique des femmes sous médicament de substitution aux opiacés. Même si aucune donnée n'existe pour l'étayer, on peut penser que celles-ci sont moins à même de s'intégrer dans ces actes de prévention du fait de leur pathologie addictive et de son retentissement sur leur vie. L'objectif était d'évaluer le suivi gynécologique des femmes traitées par médicaments de substitution aux opiacés suivies dans les CSAPA et les CAARUD en Haute-Garonne. Une étude observationnelle transversale a été menée du 31 mai 2016 au 5 septembre 2016 en utilisant un questionnaire auto administré auprès des femmes traitées par médicament de substitution aux opiacés dans les différents centres CSAPA et CAARUD de Haute-Garonne. Les femmes enceintes étaient exclues. Le questionnaire comportait des questions générales puis des questions d'ordre gynécologique avec notamment le suivi par frottis cervico utérin (FCV) et mammographies. Les femmes étaient âgées de 25 à 61 ans, 26,1 % n'avaient pas de formation professionnelle, 71,7 % étaient sans emploi, 13,0 % sans logement, 60,8 % avaient déjà des enfants, 55.5 % avaient déjà réalisé une IVG et 37,0 % avaient déjà eu une IST. Plus de 50 % n'avaient pas de contraception mais plus de 50 % des femmes avaient déjà eu une consultation gynécologique dans l'année. Les principaux freins à une consultation gynécologique étaient la peur et le manque d'envie. Ainsi, 48,8 % des femmes dans la tranche d'âge des recommandations avaient fait un FCV et 25,0 % une mammographie. Ce travail met en exergue un suivi gynécologique correct avec une adhésion au dépistage du cancer du col de l'utérus par FCV proche de celle de la population générale et une adhésion moindre au dépistage du cancer du sein par mammographie. Un travail de prévention et d'éducation reste nécessaire concernant notamment la contraception.

    Date de soutenance: 24 Janvier 2017
    Directeur(s) de thèse: Dupouy, Julie
    Sujet(s): Thèses > Médecine générale
    Facultés: Facultés > Rangueil
    Mots-clés libres: Suivi gynécologique - Opiacés - Médicaments de substitution aux opiacés femmes - France - Dépistage du cancer du sein - Dépistage du cancer du col de l'utérus
    Déposé le: 16 Mar 2017 10:22

    Actions (login required)

    Voir document