Logo Logo

Evaluation de la perception de l'autotest de dépistage du VIH par les médecins généralistes et les pharmaciens d'officine de Midi-Pyrénées

Ramambazafy, Sitraka (2016) Evaluation de la perception de l'autotest de dépistage du VIH par les médecins généralistes et les pharmaciens d'officine de Midi-Pyrénées. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine générale, Université Toulouse lll - Paul Sabatier.

[img] PDF (Accès restreint. S'adresser à l'accueil de la BU Santé de Toulouse)
Restricted to Accès intranet

Télécharger (992Kb)

    Résumé en français

    L'autotest sanguin de dépistage du VIH est disponible en France depuis le 15 septembre 2015. L'objectif de notre travail était d'évaluer la perception de l'utilité de l'autotest VIH par rapport aux moyens existants ainsi que la perception des raisons qui peuvent limiter l'utilisation de ce test par les médecins généralistes et les pharmaciens d'officine de Midi-Pyrénées. Méthode : Etude observationnelle descriptive transversale basée sur un recueil de données réalisé de juin à juillet 2016 auprès des médecins généralistes inscrits à l'union régionale des professionnels de santé et des pharmaciens d'officine via le réseau des grossistes répartiteurs. Résultats : 59% des médecins généralistes et 84 % des pharmaciens d'officine étaient favorables à l'utilisation de l'autotest VIH dans le dépistage des patients non détectés par les moyens existants.Leurs perceptions n'étaient pas significativement différentes (p=0.942). Les principales limites retenues par les deux populations étaient : l'inégalité d'accès liés au coût du test, le risque de faux négatif durant les trois premiers mois suivant le risque d'exposition, le manque d'encadrement et le risque psychologique pour les patients. Ils ont perçu une insuffisance d'information sur l'autotest avec une méconnaissance de sa fiabilité. Leurs connaissances sur les modalités pratiques d'exploration n'étaient pas significativement différentes.68% des médecins généralistes se sentaient exclus du dispositif de l'autotest VIH.Les pharmaciens d'officine étaient plus impliqués. Ils ont déclaré des domaines de compétence différents mais complémentaires pour la gestion de l'autotest. Devant un résultat positif 38% des pharmaciens d'officine orienteraient les patients vers leur médecin généraliste 52% des médecins généralistes préfèreraient poursuivre la prise en en charge. Conclusion : Les médecins généralistes et les pharmaciens d'officine de Midi-Pyrénées sont favorables à l'utilisation de l'autotest de dépistage du VIH. Ils ont reconnu plusieurs facteurs limitants pour cette utilisation. Plusieurs d'entre eux pourraient être modifiés dans l'avenir.

    Date de soutenance: 15 Novembre 2016
    Directeur(s) de thèse: Birebent, Jordan
    Sujet(s): Thèses > Médecine générale
    Facultés: Facultés > Rangueil
    Mots-clés libres: Autotest - VIH - Médecins généralistes - Pharmaciens d'officine - Etude descriptive
    Déposé le: 31 Jan 2017 14:40

    Actions (login required)

    Voir document