Logo Logo

Place des stimulations électriques dans la prise en charge des troubles du bas appareil urinaire

Roulette, Pauline (2016) Place des stimulations électriques dans la prise en charge des troubles du bas appareil urinaire. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse lll - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (1593Kb)

    Résumé en français

    L'objectif de ce travail était d'évaluer l'apport des stimulations électriques dans la prise en charge des troubles du bas appareil urinaire au travers de trois travaux originaux menés par la candidate. Nous rapportons 27 grossesses sous neuromodulation sacrée (NMS) pour symptômes du bas appareil urinaire (SBAU), il s'agit de la plus large série publiée à notre connaissance. 18,5% des patientes avaient désactivé leur boitier lors du projet de parentalité et 81,5% des patientes l'ont éteint au cours du 1er trimestre. Trois des quatre patientes ayant des troubles de la phase mictionnelle ont eu des complications infectieuses. Aucun effet nocif sur le fœtus n'a été trouvé. L'efficacité de la NMS s'est dégradée chez 20 % des femmes après l'accouchement quelque soit son mode. Il semble donc que la neuromodulation sacrée n'ait pas d'impact sur la grossesse, sous réserve de désactiver le boitier lors de la grossesse. La grossesse semble avoir un impact sur le traitement par NMS. L'étude de notre pratique sur l'implantation de NMS nous a permis de constater que 25,32% des patients implantés étaient guéris par NMS seule, en analyse en intention de traiter, au terme d'un suivi moyen de 4,5 ans. Aucune différence significative n'a été mise en évidence sur l'efficacité de la thérapie selon le type et l'étiologie des SBAU. La survie sans reprise chirurgicale de chaque boitier était de 4 ans et 11 mois. 47,57% des patients implantés ont eu une reprise chirurgicale pour un motif autre qu'une batterie en la fin de vie. La place de la neumodulation tibiale transcutanée (TENS) s'affirme de plus en plus dans le traitement des troubles du bas appareil urinaire, et notamment chez le patient neurologique. Sur 100 patients, 62 % des patients ayant des SBAU réfractaires d'origine neurologique ont acheté l'appareil afin de poursuivre ce traitement. Un effet urodynamique et de tous les paramètres du calendrier mictionnel ont été mis en évidence. Aucun problème de tolérance n'a été rapporté. La neuromodulation électrique, qu'elle soit sacrée ou tibiale, est donc un moyen sûr et efficace de prendre en charge les troubles du bas appareil urinaire réfractaire. Il existe peu de contre-indications ou d'interactions thérapeutiques et la tolérance est très bonne.

    Date de soutenance: 11 Octobre 2016
    Directeur(s) de thèse: Gamé, Xavier
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Mots-clés libres: Neuromodulation sacrée - Grossesse - TENS - SBAU - Neuro-urologie - Reprise chirurgicale
    Déposé le: 08 Nov 2016 15:13

    Actions (login required)

    Voir document