Logo Logo

Connaissances, vécus et représentations des infections sexuellement transmissibles chez des Roms. Etude d'une population vivant en bidonville à Toulouse suivie par Médecins du Monde

Garcin, Pauline and Laurencin-Mc Manus, Gabrielle (2016) Connaissances, vécus et représentations des infections sexuellement transmissibles chez des Roms. Etude d'une population vivant en bidonville à Toulouse suivie par Médecins du Monde. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine générale, Université Toulouse lll - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (1937Kb)

    Résumé en français

    Introduction : les populations vulnérables comme des Roms vivant en bidonville sont plus exposées aux risques de transmission du VIH/SIDA et des IST. Objectif : l'objectif de cette étude est de décrire les connaissances, vécus et représentations des IST chez des Roms vivant en bidonville à Toulouse, suivis par Médecins du Monde. Méthode : le travail s'appuie sur une étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 17 personnes roms vivant sur trois bidonvilles de Toulouse menés de juin 2015 à février 2016. Résultats et discussion : Les sentiments et attitudes recueillis étaient divers, renvoyant à l'hétérogénéité de la population. Parler d'IST était un sujet tabou, mais l'humour permettait d'y remédier. Les connaissances étaient liées aux vécus des personnes et de leur entourage. Le VIH/SIDA et les IST symptomatiques (infection à Gonocoque et syphilis) étaient les plus connus, contrairement aux IST asymptomatiques (hépatite B, infection à Chlamydia, Papillomavirus humains et Herpes virus). L'infertilité comme complication d'une IST n'a jamais été abordée, malgré l'importance de la maternité dans différentes populations roms. Le VIH/SIDA était perçu comme une maladie grave, faisant peur. Des représentations imagées des maladies étaient en partie liées à une méconnaissance du fonctionnement du corps humain. Les personnes perçues comme à risque d'IST étaient celles ayant des rapports sexuels tarifés, des partenaires multiples, physiquement sales, et les jeunes. Le préservatif était bien perçu en théorie. En pratique, il était utilisé lors des relations extra-conjugales chez les hommes et à visée contraceptive chez les femmes. Le dépistage était peu commun. L'hôpital était l'unique moyen de recours identifié. Conclusion : cette étude constitue un pré-requis pouvant s'inscrire dans un programme de promotion de santé sexuelle et reproductive auprès de Roms en bidonville.

    Date de soutenance: 08 Avril 2016
    Directeur(s) de thèse: Mesthe, Pierreand Escourrou, Brigitte
    Sujet(s): Thèses > Médecine générale
    Facultés: Facultés > Rangueil
    Mots-clés libres: Infections sexuellement transmissibles - VIH - santé sexuelle - Roms - Population vulnérable - Promotion de la santé - Prévention - Etude qualitative
    Déposé le: 02 May 2016 15:45

    Actions (login required)

    Voir document