Logo Logo

Le vécu des femmes ayant fait un déni de grossesse : recherche qualitative par entretiens semi-dirigés

Peyrot, Lucie and Collin , Claire (2016) Le vécu des femmes ayant fait un déni de grossesse : recherche qualitative par entretiens semi-dirigés. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine générale, Université Toulouse lll - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (490Kb)

    Résumé en français

    Introduction : le déni de grossesse (DDG), encore mal connu est pourtant fréquent et ses conséquences peuvent être dramatiques sur le plan humain. Peu d'études ont été menées sur ce sujet et aucune explorant le vécu des femmes. L'objectif principal de notre étude est d'explorer le ressenti des femmes ayant fait un déni de grossesse. L'objectif secondaire est de proposer des pistes d'amélioration de la prise en charge de ces grossesses particulières, à travers l'analyse de leurs propos. Méthode : étude qualitative réalisée auprès de femmes ayant fait un déni de grossesse, par entretiens individuels semi-dirigés. Elle a été réalisée entre décembre 2014 et août 2015 dans les départements de l'Aude, l'Ariège et la Haute Garonne. Résultats : nous avons interrogé 12 femmes, âgées de 16 à 33 ans, issues de milieu socio-économiques différents, ayant des activités professionnelles variées, des situations familiales disparates et dont le DDG a été découvert à des termes différents. L'annonce du diagnostic a été un choc pour chacune, leur réaction a été influencée par différents éléments. La réaction du père et des proches a été vive que ce soit dans le soutien ou dans le rejet, et a nécessité un temps d'adaptation. Selon ces femmes, l'attitude des professionnels face à ce diagnostic a souvent été insatisfaisante et leur prise en charge inadaptée. Elles n'ont pas bénéficié de suivi psychologique de qualité. Le DDG a eu un fort retentissement personnel et professionnel, entravant leurs projets de vie. Les participantes ont proposé des pistes pour améliorer leur prise en charge et ont adressé des messages d'espoir aux femmes qui seront confrontées à un DDG. Conclusion : l'issue d'un DDG est souvent heureuse mais le parcours de ces femmes est semé de difficultés. Le rôle des soignants est de les accompagner dans cette épreuve, pour qu'elle se déroule au mieux. Pour y parvenir, leur prise en charge pourrait être améliorée par une meilleure formation des professionnels de santé et un suivi psychologique familial prolongé.

    Date de soutenance: 11 Février 2016
    Directeur(s) de thèse: Cerna, Christine
    Sujet(s): Thèses > Médecine générale
    Facultés: Facultés > Rangueil
    Mots-clés libres: Déni de grossesse - Troubles de l'attachement - Ressenti
    Déposé le: 29 Mar 2016 13:53

    Actions (login required)

    Voir document