Logo Logo

Biomarqueurs urinaires de l'hyperactivité détrusorienne neurogène

Sanson, Sylvain (2015) Biomarqueurs urinaires de l'hyperactivité détrusorienne neurogène. Thèse d'exercice en Thèses > Médecine spécialisée, Université Toulouse lll - Paul Sabatier.

[img]
Preview
PDF
Télécharger (2298Kb)

    Résumé en français

    Introduction : Le syndrome clinique d'hyperactivité vésicale et l'hyperactivité détrusorienne touchent un nombre conséquent de patients et sont responsables d'une importante altération de la qualité de vie. Le diagnostic nécessite à l'heure actuelle la réalisation d'explorations urodynamiques couteuses et non dénuées de morbidités. L'objectif de cette étude était d'évaluer l'intérêt du taux urinaire de sphingosine-1-phosphate (S1P), de Nerve Growth Factor (NGF), de Brain-Derived Neurotrophic Factor (BDNF) et de Cystatine C (CyC) comme biomarqueur de l'hyperactivité détrusorienne. Matériels et méthodes : Entre juin 2014 et avril 2015, 55 patients atteints d'une pathologie neurologique et 35 patients indemnes de pathologie neurologique, ayant des symptômes du bas appareil urinaire ont été inclus dans l'étude lors de la réalisation d'un bilan urodynamique. Les échantillons d'urine, les données cliniques et les résultats urodynamiques ont été recueillis, puis les taux urinaires de S1P, NGF, BDNF et de CyC ont été mesurés. Résultats: Nous avons trouvé une tendance à l'augmentation du taux urinaire de S1P chez les patients ayant une hyperactivité détrusorienne, quelle que soit la pathologie neurologique. Cette augmentation était statistiquement significative chez les patients ayant une sclérose en plaques, ce qui n'était pas le cas pour le NGF, le BDNF et la CyC. Le taux urinaire de S1P était également diminué chez les patients traités par anticholinergique ou injection intra-détrusorienne de toxine botulique. Conclusion : Ces résultats préliminaires sont prometteurs et leurs implications cliniques potentielles nombreuses, mais nécessitent de futurs travaux afin d'être confirmés. Il paraît notamment intéressant d'évaluer le taux de S1P urinaire chez les patients ayant une sclérose en plaques comme marqueur de l'hyperactivité du détrusor et pour évaluer l'efficacité d'un traitement par anticholinergique ou par injection intra détrusorienne de toxine botulique.

    Date de soutenance: 13 Octobre 2015
    Directeur(s) de thèse: Gamé, Xavier
    Sujet(s): Thèses > Médecine spécialisée
    Facultés: Facultés > Purpan
    Mots-clés libres: Biomarqueur - Hyperactivité détrusorienne - Hyperactivité vésicale - Neuro-urologie
    Déposé le: 08 Feb 2016 14:59

    Actions (login required)

    Voir document